Ouaga : Des jeunes « jouent » en faveur de Planification Familiale

Le Réseau des jeunes ambassadeurs pour la planification familiale au Burkina, un groupe de jeunes issus d’organisations communautaires œuvrant dans le domaine de la Santé sexuelle et reproductive (SSR), ne se laisse pas relater la célébration de la Semaine nationale de la Planification familiale (célébrée du 9 au 15 mai 2016). Pour l’occasion, ce samedi 14 mai à Ouagadougou, le réseau a organisé un tournoi de football intitulé « Je joue pour la planification familiale » afin de mieux sensibiliser les jeunes sur des questions liées à la santé sexuelle.

Au Burkina, la santé sexuelle et reproductive (SSR) des adolescents se caractérise entre autres par une sexualité précoce, des mariages précoces, des grossesses non désirées, des avortements clandestins provoquant des décès maternels, le multi partenariat, les rapports sexuels non protégés, etc.

Mais, il n’y a pas que ces phénomènes qui préoccupent les décideurs politiques, leurs partenaires techniques et financiers, les leaders d’opinion et les structures de développement communautaire.

Des études ont prouvé que la croissance démographique accroit les besoins immédiats des populations. L’explosion démographique non maîtrisée entrave les efforts de développement en aggravant les problèmes de santé, les inégalités de genre, la dégradation de l’environnement, etc.

Il est démontré que les familles qui planifient les naissances ont plus de ressources à investir dans l’éducation de leurs enfants qui à leur tour accèdent à plus d’opportunités sur le plan économique. Tous ces aspects sont même pris en compte dans les 17 Objectifs de développement durable (Objectif 3 des ODD : Bonne santé et bien-être).

Le Burkina Faso, pour sa part, a déjà inscrit la planification  familiale (PF) comme priorité nationale. En adoptant divers axes stratégiques, le pays emprunte une bonne voie, selon le Directeur exécutif de l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF), Boureihiman Ouédraogo. La PF est donc en train d’inscrire ses lettres de noblesse au Burkina Faso. Mais, malgré les progrès, il ne faut pas croiser les bras.

ar

Géneviève Clémentine Tarnagda, Présidente du Réseau des jeunes ambassadeurs pour la PF ne dira pas le contraire. Ce réseau, très actif sur les réseaux sociaux et porté sur les fonts baptismaux en juillet 2015, a rassemblé des jeunes sportifs, ce 14 mai 2016, autour d’un tournoi de football.

L’activité a été surtout marquée par des discours, des plaidoyers, des jeux de questions-Réponses sur la SSR/PF, la distribution gratuite de produits contraceptifs.

 

Pour le Parrain de la cérémonie, le Directeur exécutif de l’ABBEF, Boureihiman Ouédraogo, « la responsabilisation et l’implication des jeunes dans l’information et la sensibilisation d’autres jeunes permet d’avoir des résultats encourageants dans la lutte contre les grossesses non désirées ».

Il salue l’initiative des jeunes ambassadeurs et les encourage à persévérer dans cette voie. « Le Réseau des jeunes ambassadeurs pour la PF constitue une fierté pour l’ABBEF », a-t-il dit.

« Dans le cadre de la Semaine nationale de la PF, nous avons initié une série d’activités dont un tournoi Maracaña. Nous savons que pour pouvoir réunir les jeunes, il le faut autour des activités de loisir avant de procéder à une séance de sensibilisation », foi de Géneviève Clémentine Tarnagda qui n’a pas manqué de remercier le Parrain de la cérémonie.

 

La finale a opposé deux équipes du quartier Wayalguin (Galilée et LPO). L’équipe gagnante a reçu le trophée, un paquet de 144 pièces de condoms, des tee-shirts et une somme d’argent. Des jeunes, à l’image de Derra Salah, ont salué les promoteurs de cette activité. « C’est une bonne chose, car il faut commencer la sensibilisation dès la base », reconnait-il.

Noufou KINDO

Burkina 24