Planification familiale: 3 centres de santé communautaire d’Abobo reçoivent des certifactions de l’Aimas

Le centre médical Asfi d’Abobo ; le centre de santé urbain communautaire Bc ; la formation sanitaire urbaine communautaire Avocatier font désormais partie du réseau des centres de santé prônant la qualité des services de planification familiale appelé « Belfam », initié par l’Agence ivoirienne de marketing social (Aimas).

Ils ont reçu leurs certificats le mercredi 26 juin, à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée au sein de la formation sanitaire urbaine communautaire d’Avocatier, Abobo. Ce, en présence du représentant du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, du secrétaire général de la préfecture d’Abidjan, des autorités locales, des directeurs départementaux de la santé d’Abobo Est et Ouest sans oublier les femmes qui se sont déplacées en grand nombre puisqu’elles étaient à l’honneur.

A cette occasion, Ehilé Manoua Gilbert, représentant le directeur exécutif de l’Agence ivoirienne de marketing social (Aimas), initiatrice de ce projet, s’est félicité de la participation de nombreux centres de santé issus du privé et du public. « Ce réseau appelé Belfam offre des services SR/PF de qualité en vue d’accroître l’utilisation des méthodes modernes de contraception dans les districts sanitaires cibles de la franchise », a-t-il expliqué.

A l’en croire, le projet a démarré en 2015 par la sélection des centres, la formation suivie de stage pratique en 2016. Les premières activités d’offre de services ont démarré en 2017. Et en 2018, les résultats issus des rapports d’activités ont fait état de plus de 26 590 couples mis sous contraceptifs dans le réseau Belfam dont plus de 6600 nouvelles utilisatrices de méthodes modernes de contraception.

Au vu de cette performance, il a invité les autres acteurs du réseau à emboîter le pas aux trois centres de santé récipiendaires. « Nous invitons les autres acteurs du réseau à faire de même afin de contribuer ainsi à l’amélioration du ratio de la mortalité maternelle qui est passé de 543 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes à 614 décès maternels sur 100.000 naissances vivantes. Nous devons poursuivre nos efforts dans l’amélioration de la qualité d’offre de services de la Planification Familiale afin qu’aucune femme ne meurt en donnant la vie », a exhorté M. Ehilé.

Pour sa part, Houphouët Koffi, représentant le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, a remercié le gouvernement allemand à travers le Kfw, l’Aimas et toutes les parties prenantes pour tout ce qu’ils font pour le ministère à travers ce programme national de la mère et de l’enfant, et de mentionner que la santé de la mère et de l’enfant est une question majeure pour son ministère.

« Cette initiative Belfam est la bienvenue pour nous aider à améliorer la qualité de nos prestations dans notre centres de santé. La certification signifie que les structures retenues ont satisfait aux critères définis lors de l’implémentation de ce projet. L’occasion pour le programme de santé mère-enfant d’inviter toutes les communautés bénéficiaires à s’impliquer chaque jour davantage et d’avoir à l’esprit le souci de la qualité des services du planning familial », a exhorté le représentant du ministre Aka Aouélé.

A noter que ce programme est financé par la coopération allemande à travers la Kfw. Outre les trois centres d’Abobo, deux dont l’un à Port-Bouët et l’autre à Koumassi sont certifiés. Ils recevront leurs certificats dans les semaines à venir.

Jean Bavane Kouika

Publié le 28-06-2019 dans fratmat