Planification familiale à Dakar : la parole est aux militants (Mareme Topp)

Mareme Topp, 25 ans, fiancée, étudiante en M2 de linguistique française.

Mareme-Topp1Je suis présidente de la commission féminine de la faculté des lettres et sciences économiques qui regroupe vingt mille étudiantes.

J’ai entendu parlé pour la première fois de Marie Stopes International et de l’unité de santé reproductive de l’université en 2013. Je suis allée voir ce que c’était et je suis devenue relais.

Régulièrement, je prends la parole devant des amphithéâtres de deux à trois mille étudiants pour promouvoir le centre et la contraception. J’ai déjà discuté avec mon fiancé de planification familiale. On se marie dans deux ans et je ne voudrais pas avoir plus de quatre enfants. Au début, mes parents étaient très choqués de mes activités. J’ai organisé des causeries de jeunes dans mon quartier sur ces sujets et cela a changé leur point de vue. Aujourd’hui, mon père et ma mère sont très fiers de moi, et beaucoup d’amies viennent me poser des questions.

A la fin de mes études, j’espère être professeure de français. Je me suis promis une chose: où que je sois affectée, j’ouvrirai une espace jeunes sur la santé reproductive.

ELLE