Planification familiale : Les acteurs du Partenariat de Ouagadougou bientôt à Abidjan

DSC_0415Du 20 au 22 avril prochain, une délégation des bailleurs de fonds (USAID, UNFP, AFD…) et acteurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) qui vise à accélérer l’utilisation des services de la planification familiale dans neuf pays de l’Afrique de l’ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo), dont Mme Fatimata SY, directrice de l’Unité de coordination dudit partenariat sera en Côte d’Ivoire pour une  visite de travail.

L’information a été donnée, le 7 avril, à Abidjan-Treichville, dans les locaux de l’Aibef (Association Ivoirienne pour le Bien-Etre Familial) par Dr Nathalie Akissi Yao-N’dry, médecin, spécialiste en management des programmes de santé et directrice des programmes de l’AIBEF.

Une mission qui vise, entre autres,  à échanger sur les questions en rapport avec la Santé de la reproduction/Planification familiale (PF), à comprendre les progrès réalisés par chaque pays dans la mise en œuvre du plan d’actions PF et son adaptation aux recommandations de la phase d’accélération 2016-2020.

Il s’agira également de visiter quelques projets ou initiatives en matière de PF, faire le plaidoyer pour une plus grande prise en compte de la PF dans les stratégies et politiques multisectorielles des gouvernements, renforcer la collaboration entre acteurs y compris les points focaux et les bailleurs pour plus d’alignement de leurs contributions aux priorités définies dans les plans d’actions PF, a précisé la responsable des programmes de l’AIBEF.

Après le  Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Sénégal qui ont reçu en 2015 les  visites de travail des bailleurs  de fonds du Partenariat de Ouagadougou, cette année c’est au tour de la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Togo de les recevoir. Et ce, consécutivement aux recommandations de Cotonou en décembre 2015, où s’est tenue la 4ème réunion annuelle du PO.

La rencontre arévélé alors que le premier objectif fixé par le Po a été largement dépassé. Elle a permis non seulement de célébrer l’atteinte des 1 180 000 femmes additionnelles sous méthodes contraceptives modernes, obtenues en 4 ans par les membres du PO. Mais également permis à ces neuf pays et le groupe clé des bailleurs de fonds, de résolument s’engager dans une nouvelle phase d’accélération visant à atteindre 2,2 millions de femmes à l’horizon 2020.

Isabelle SOMIAN

Fratmat