Planification familiale (FP2030) : lancement officiel des nouveaux engagements de la Guinée

Membre du ‘’Partenariat de Ouagadougou (une organisation qui regroupe neuf pays francophones de l’Afrique de l’ouest pour accélérer les progrès dans l’utilisation des services de planification familiale)’’, la Guinée a procédé mardi dernier, 10 novembre 2021, au lancement officiel des « nouveaux engagements en planification familiale » pour la période 2020-2030. La cérémonie de lancement de cet ambitieux programme -qui s’inscrit dans le cadre d’un accès universel à des services de planification familiale abordables et de qualité- a été présidée par le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Mamadou Péthè Diallo. Et, l’avènement a réuni à Conakry 70 participants venus de la société civile, de la Direction Nationale de la santé familiale et de Nutrition (DNSFN), des jeunes et adolescents, des partenaires techniques et financiers et les ONGs internationales évoluant dans la promotion de la planification Familiale.

En 2012, des engagements avaient été pris pour la décennie 2010-2020 dans le cadre du ‘’Partenariat de Ouagadougou’’. Des engagements qui, selon la direction nationale de la santé familiale, ont eu un succès qui a permis, au cours des 10 dernières années, de doubler l’objectif spécifique qui était de 188 000 femmes additionnelles utilisatrices des méthodes de contraception modernes.

« Nous avons pu atteindre 419 000 femmes qui y ont accédés et ont permis d’éviter 130 000 grossesses non désirées chez les filles et chez les femmes, 47 000 avortements à risque et 550 décès de femmes », a confié Dr Djénè Fadima Kaba, la Directrice Nationale de la Santé Familiale.

En matière de planification familiale, les engagements pris par les pays du Partenariat de Ouagadougou sont essentiels. Car, ils expriment la volonté et le désir de ces pays d’atteindre un objectif commun. Une fois les engagements pris, ils devaient être mis en œuvre par le biais d’actions concrètes d’où la nécessité d’en faire le suivi.

Ainsi, c’est dans la perspective d’extension du Motion Tracker aux six autres pays du PO et de l’élaboration des nouveaux engagements que l’UCPO, en collaboration Health Policy Plus (HP +) et la Société civile pour la planification familiale (CS4FP+), a organisé du 21 au 27 mars 2021 à Abidjan (Côte d’Ivoire) un atelier régional d’orientation et de renforcement des capacités des neufs pays du PO (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo, Benin, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Guinée) sur le « Motion Tracker ». 

A la suite de cet atelier d’orientation, la Guinée, à l’instar des autres pays du partenariat de Ouagadougou, a élaboré une feuille de route de réengagement qui a permis à la mise en place d’un comité national de réengagement (CNE) et qui a conduit à l’élaboration des nouveaux engagements (FP2030) du pays à l’issue d’un atelier inclusif de toutes les parties prenantes. Et, à la faveur d’un atelier au mois de juillet 2021, les engagements formulés par le Comité National de réengagement (CNE) et ses partenaires ont été partagés avec l’UCPO, FP2030 et toutes parties prenantes externes au processus pour une revue technique et recueillir leurs amendements et recommandations avant la validation au niveau national des engagements. Finalement, ces engagements ont été validés par le Comité national de réengagement (CNE) et le ministère de la Santé lors d’un atelier de validation des nouveaux engagements (FP2030) à Conakry.

Le présent terme de référence est élaboré pour décrire le processus et les modalités du lancement des nouveaux engagements et du plan de redevabilité de la Guinée, dans le cadre de l’agenda FP2030. Et, au lancement officiel des nouveaux engagements de la Guinée en planification familiale (FP 2030), le président des Jeunes Ambassadeurs de Guinée, Abou Maimouna Diallo, a vivement remercié le ministère de la santé, à travers la direction nationale de la santé familiale et de la Nutrition, pour l’implication effective des adolescentes et des jeunes dans le processus des actions initiées et menées en leurs faveurs.

« La présence des jeunes à cette cérémonie de lancement n’est pas fortuite. Je voudrais rappeler que nous, organisations de jeunes, avons été impliquées dans le processus de réflexion, d’élaboration et la formulation des nouveaux engagements de la Guinée en planification familiale à l’horizon 2030 dont la vision globale est : D’ici 2030, une Guinée où toute la population, y compris les adolescents et les jeunes, est en bonne santé et jouit d’un bien être socio-économique à travers un accès universel à des services de planification familiale abordables et de qualité. En effet, la population guinéenne est en majorité jeune dont : 45% de la population est âgée de moins de 15 ans, 64% de moins de 25 ans et 33% des jeunes ont un âge compris entre 15 et 34 ans.

Cette population à majorité jeune croit à un rythme accéléré avec un taux de croissance annuelle de près de 3%. Vue le taux de croissance annuelle des jeunes, le Ministère de la santé et de l’hygiène publique a mis au centre de sa priorité des actions pour la promotion de la santé des adolescents et des jeunes afin de pouvoir relever ce taux qui est près de 3% » », a-t-il indiqué, tout en prenant l’engagement, au nom des jeunes et adolescent, à accompagner le ministère de la santé dans son processus de réflexion, d’élaboration et de la formulation des nouveaux engagements de la Guinée en planification familiale à l’horizon 2030.

Selon le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Mamadou Péthé Diallo, la Guinée a fait beaucoup d’efforts pour faire avancer la planification familiale dans le pays. Et, pour continuer à soutenir ces engagements, le ministre de la santé a annoncé un engagement à accroître le budget alloué à l’achat des produits contraceptifs.

« Nous nous engageons à augmenter le budget alloué à l’achat des produits contraceptifs de 50 à 70%. Et, ces engagements ne sont pas seulement pour le ministère de la santé et ses cadres, mais pour tous ceux qui peuvent contribuer à honorer ces engagements », a dit le ministre Mamadou Péthè Diallo, tout en rappelant les bonnes intentions de CNRD pour ce qui est de  renouveler la confiance entre l’administration et la population et développer le système sanitaire de la Guinée afin qu’il répond au critère international.

Kadiatou Thierno Diallo

Publié le 19-11-2021 dans GuineeMatin