Planification familiale: « La survie des coalitions régionales des OSC dépend des financements internes », constate un consultant

« La Côte d’Ivoire vise une Coalition qui respecte ses engagements internationaux et nationaux en faveur de la SSR/PF et associe les OSC aux actions pour un libre accès des populations aux services de SSR/PF de qualité et pour la mise en œuvre du plan d’action national budgétisé PF » Dr Yao-N’dry Nathalie, présidente ivoirienne de la Coalition des OSC/PF.

« Nos coalitions courent après des financements extérieures, alors qu’en interne nous avons des ressources intéressantes. Ce potentiel doit être exploité. Car la survie de la coalition dépend aussi de cette contribution », a constaté M. Ouédraogo Ousmane, secrétaire général de la Coalition Régionale des organisations de la société civile impliquées dans la PF (CROSC-PF) au Burkina Faso. Le Sociologue et titulaire d’un master en santé publique a fait savoir que la mobilisation des ressources pour assumer les missions de la Coalition sont l’un des défis majeurs qui subsistent.

Il a tenu ces propos, lundi 13 septembre 2018 au cours d’un Atelier d’échanges avec la Coalition régionale des organisations de la société civile impliquées dans la planification familiale  à Abidjan Treichville au siège de l’Association ivoirienne pour le bien-être familiale(Aibef). Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la Mission d’apprentissage, de partage sur la gouvernance et de renforcement du leadership auprès de la coalition des OSC/PF de la Guinée et de la Côte d’Ivoire. Une première phase avait couvert le Sénégal, la Mauritanie et le Niger en août 2017.

« La Côte d’Ivoire vise une Coalition qui respecte ses engagements internationaux et nationaux en faveur de la SSR/PF et associe les OSC aux actions pour un libre accès des populations aux services de SSR/PF de qualité et pour la mise en œuvre du plan d’action national budgétisé PF », a quant à  elle souligné Dr Yao-N’dry Nathalie, présidente ivoirienne de la Coalition des OSC/PF.

Poursuivant, elle a passé en revue les principales réalisations, les succès et les bonnes pratiques réalisées. Il ressort qu’en collaboration avec MdM (Médecins du Monde) ainsi que d’autres organisations constituées en comité, un plaidoyer a été mené pour la disponibilité de ressources pour l’achat de produits contraceptifs. De même que la création d’une ligne budgétaire auprès du Ministère de la Santé (DAF). Ainsi un comité a été mis en place après constat d’absence de financement pour l’année 2017. Pour l’année 2018, le ministère en charge de la santé a donc dégagé la somme de 500 000 000 FCFA pour l’achat des produits contraceptifs.

Au nombre de ces acquis, la première responsable de la Coalition a précisé que des actions de plaidoyer sont en cours pour la finalisation et l’adoption du projet de loi sur la Santé Reproductive (SR) en Côte d’Ivoire. Il est prévu dans ce cadre, une intervention de la Présidente et de la Présidente des Jeunes Ambassadeurs au Séminaire Gouvernemental sur le Dividende Démographique(DD).

A l’en croire, les  actions de plaidoyer en cours pour l’intégration de l’Education Complète à la Sexualité (ECS) dans les curricula de l’enseignement et dans la communauté en Côte d’Ivoire, sont à ajouter au compte des bons points de la coalition…  Toutefois, la Coalition régionale des organisations de la société civile impliquées dans la planification familiale a reconnu que des défis énormes sur le plan organisationnel, de la gouvernance et l’implication dans la mise en œuvre et la coordination des plans … subsistent.

Par ailleurs, la présidente sortante a annoncé le renouvellement des instances dirigeantes pour bientôt. Cette rencontre qui a duré trois jours a enregistré la présence de plusieurs ONG spécialisées dans les questions en rapports avec la santé sexuelle et reproductive (Asapsu, Aimas, Onef, MDM, ONG Sauvons deux vies, Pathfinder…) , des chefs religieux des communautés musulmanes et chrétiennes et le Mouvement d’action jeunes(Maj).

Isabelle Somian

Publié le 20-09-2018 dans fratmat.info