Plusieurs adolescents et jeunes de Gouandé, connaissent désormais leur état sérologique

Démarrée le 17 novembre dernier, la « Semaine santé », organisée par l’Ong Bupdos en partenariat avec Plan International Bénin et le Ministère Allemand de la Coopération et du Développement, au profit des adolescents et jeunes de Gouandé (Matéri), a pris fin samedi, avec entre autres, plus de 500 adolescents et jeunes dépistés pour le  VIH/Sida et l’hépatite.

Pendant les cinq jours qu’a duré cette semaine santé, 300 adolescents et jeunes se sont faits dépister pour le VIH/Sida et 250 pour l’hépatite. En plus des séances gratuites de dépistage, ces jeunes de Gouandé ont eu droit à des séances de psychothérapie. A travers des séances d’information et de projections de télé films, ils ont été aussi conscientisés sur la santé sexuelle et reproductive, notamment les grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles.

Le chef antenne de l’ONG Bupdos Fabrice Gnonlé s’est réjoui de l’engouement qu’a connu cette « Semaine santé » et de l’implication de tous les acteurs pour sa réussite. Il a exhorté la jeunesse de Gouandé à être un vecteur de changement positif en mettant en pratique les enseignements et les informations reçus.

Pour le directeur départemental de la santé de l’Atacora, l’un des défis du système de santé est d’avoir une jeunesse en bonne santé. Jacob Namboni, s’est donc dit rassuré de savoir que les adolescents et jeunes de Gouandé ont désormais toutes les informations nécessaires pour une sexualité responsable.

En clôturant les activités de cette « Semaine-santé », le maire de la commune de Matéri, a plaidé pour sa pérennisation, au regard de son impact positif sur la jeunesse. Kassa Robert a aussi rassuré de l’engagement de son conseil communal à accompagner toutes les initiatives de Plan International Bénin et de Bupdos en faveur des adolescents et jeunes de sa commune.

Il faut noter que cette « Semaine santé », fait partie intégrante des activités du projet de lutte contre les grossesses précoces dans les communes de Kérou, Kouandé, Matéri et Cobly. Un projet qui, selon son coordonateur Benoît Djangni vise, entre autres, à contribuer à l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans l’Atacora et à réduire de façon significative le taux de grossesses des adolescents et jeunes de 10 à 18 ans.

Publié le 22-11-2020 dans ABP