Prix d’Excellence en leadership : Dr Bocar Daff, le visage et la voix d’un « Sénégal qui gagne »

Addis Abeba – Ethiopie (Textes et photos de El Bachir Sow). Il est la voix et le visage du programme de PF du Sénégal qui, en un an (2012-2013), a fait des résultats qui ont agréablement surpris la communauté internationale. Le programme sénégalais de la PF avait un train de sénateur. Sous la houlette du Dr Bocar Daff, directeur de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant au ministère de la santé, ce programme est apparemment sorti des chantiers battus.

La prévalence contraceptive qui, au cours des décennies écoulées, progressait de façon poussive a, en un an, gagné 4 points. Le taux de prévalence de la contraception moderne est passé de 12 % en 2011/2012 à 16 % en 2013. C’est exceptionnel. Le Dr Daff a lui-même confié à la presse que seuls le Pérou et le Sénégal ont réussi une telle prouesse. C’est cette performance qui a été saluée et célébrée, vendredi 15 novembre, à Addis Abeba, à la clôture de la 3è conférence internationale de la planification familiale (CIPF). Les performances du Sénégal dans le domaine de la PF sont avant tout le travail d’une équipe chargée de mettre en oeuvre la politique d’un gouvernement. Cette équipe composée des représentants des secteurs public et privé, des organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers a vu ses efforts couronnés de succès. Le leadership de l’animateur de cette équipe, le Dr Daff, a été salué à Addis Abéba. Mme Monica Kerrigan, directeur adjoint – Planification familiale – Développement mondial à la Fondation Bill et Melinda Gates (deputy director, Family Planning – Global Development de la Fondation Bill et Melinda Gates), témoigne : « Dr Daff est un exemple. Son leadership a changé les choses. »

En recevant son prix du haut de la tribune de la salle de conférence de l’Union africaine, le Dr Daff a d’abord remercié ceux qui ont honoré le Sénégal à travers sa personne. Le Directeur de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant a dit sa reconnaissance aux autorités sénégalaises qui lui ont fait confiance avant de saluer l’engagement et le travail des services publics, du secteur privé, des organisations de la société civile et des partenaires techniques. Ce sont les efforts conjugués des uns et des autres qui ont permis d’élargir l’accès aux services de PF au Sénégal. Dr Daff avait les projecteurs braqués sur lui, mais il savait aussi qu’il était aussi le porte-parole des milliers d’anonymes qui, partout au Sénégal, qu’il pleuve ou qu’il vente, sillonnent la campagne, battent le pavé des villes pour que beaucoup plus de sénégalais et de sénégalaises accèdent à des services de PF de qualité à un coût abordable.

Le Dr Daff s’est dit à la fois « fier » et « humble ». Il considère le prix comme « un appel à l’action ». Il a raison. C’est le temps de l’action. Le Sénégal est en train de mettre en oeuvre son plan d’action de la PF. Une vaste campagne de communication de 10 mois est en cours. Le pays veut porter le taux de 3 prévalence de la contraception moderne à 27 % en 2015 et à 45 % d’ici 2020. Ce qui exige une augmentation de 360.000 utilisatrices de contraceptifs modernes d’ici 2015.

Des gouvernements comme ceux de l’Ethiopie et du Malawi ainsi que d’autres personnes et organisations ont été également primés juste avant la cérémonie de clôture de la CIPF. Les prix ont été remis aux lauréats par le Pr Amy O. Tsui, Directrice de l’institut Bille et Melinda Gates pour la population et le Santé de la reproduction, le Dr Kesete-birhan Admasu, ministre de la Santé de l’Ethiopie et Mme Kate Gimore, Directrice Exécutive adjointe du Programme du Fonds des Nations Unies pour la population.

La cérémonie de clôture de la CIPF présidée par le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, ministre des Affaires étrangères de la république fédérale d’Ethiopie. Il avait à ses côtés Mme Anne C. Richards, secrétaire adjoint à la Migration du Département des Etats Unis, le Dr Michael J. Klag, Doyen de l’Ecole de la santé publique Bloomberg de l’Université Johns Hopkins et Dr Kebede Worku, ministre d’Etat de la Santé de la république fédérale démocratique d’Ethiopie. Les travaux de la 3è CIPF ont été bouclés par un puissant appel pour placer la PF au cœur de l’agenda du développement économique au cours des prochaines années.

Auteur: El Bachir Sow