Projet d’élaboration de la planification familiale : 2,2 millions de femmes bénéficiaires à terme

Dans la mise en œuvre du projet de planification familiale (PF) de la commune de Ouagadougou, la mairie de Ouagadougou en collaboration avec The Challenge Initiative (TCI) ont tenu un atelier d’élaboration dudit projet dans les locaux de l’hôtel de ville. La cérémonie d’ouverture de l’atelier a lieu ce lundi 22 mai 201&m sous la présidence de Guy Kabore, représentant le ministre de la santé.

Offrir la planification familiale (PF) à 2,2 millions de femmes additionnelles d’ici à 2020, c’est l’objectif visé par la plateforme d’accélération du challenge initiative en Afrique de l’ouest francophone. Un projet qui permet le passage à grande échelle des succès prouvés des initiatives de santé de la reproduction en milieu urbain. C’est à cet effet que le maire de la ville de Ouagadougou, M. Arnaud Roland Pierre Béouindé indique que ledit projet aidera la ville de Ouagadougou à asseoir une stratégie de PF, à les doter d’outils permettant d’aller chercher les financements et d’élaborer un plan de suivi. Il ajoute en outre que « la santé de la mère et de l’enfant est au centre des préoccupations de ladite commune, donc à chaque fois qu’il y aura des opportunités servant à mieux gérer les questions liées à leur santé, la mairie s’y mettra ».

Cérémonie d’ouverture

Par ailleurs, le projet d’élaboration de la planification familiale ne s’applique que sur la commune de Ouagadougou. Mais pourquoi le choix de Ouagadougou quand on sait que la question de la maitrise de la démographie concerne toutes les localités sans distinction. Pour la directrice de TCI de l’Afrique de l’ouest francophone, Mme Bah Thérèse Diouf, la ville de Ouagadougou a été choisie sur la base de quatre critères. D’abord l’engagement politique qui a été manifesté par les autorités étatiques et M. le maire de la ville. Les autres critères sont, la mobilisation des ressources propres, la solidité du système, c’est-à-dire qu’il fallait voir si la ville était apte à gérer des fonds de l’initiative, et enfin l’impact de la population. La directrice du TCI a laissé entendre également que le projet est prévu pour durer initialement trois ans avec l’accord établi de la fondation Bill et Melinda GATES, mais cela dépendra du niveau d’avancement de chaque ville.

Rappelons que ce sont la ville de Ouagadougou et cinq villes de trois autres pays (Bénin, Cote d’Ivoire, Niger et Sénégal) qui ont été retenues pour le projet de renforcement de la PF de TCI. En plus de la ville de Ouagadougou, il y a aussi Koudougou qui est retenue au Burkina Faso.

Yvette Zongo (Stagiaire),

Lefaso.net