Projet santé sexuelle des déplacés internes : L’ABBEF fait le bilan

L’Association Burkinabè pour le Bien Etre Familiale (ABBEF) a tenu un atelier ce vendredi 18 juin 2021 à Boromo. Cet atelier avait pour but de dresser le bilan des activités mais aussi marquer de façon officielle la clôture des activités du projet BMZ.

Dans le cadre de la réponse humanitaire consécutive au déplacement massif de la population, l’Association Burkinabè pour le Bien Etre Familial (ABBEF) a développé en collaboration avec la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (IPPF) et la contribution financière du Gouvernement allemand, un projet dénommé « progrès en matière de santé sexuelle et reproductive et des droits y afférents pour les réfugiés, les personnes déplacées et les communautés d’accueil au Burkina-Faso ».

En deux ans d’existence, soit de janvier 2019 en Juin 2021, le projet a été à la hauteur des attentes, donc jugé satisfaisant, à entendre Boureima Ouédraogo, Directeur exécutif de l’ABBEF. « Les objectifs initialement fixés ont été atteints », a-t-il dit.

Etant conscient de l’imperfection de toute œuvre humaine, Boureima Ouédraogo poursuit en donnant des perspectives pour booster le secteur afin d’atteindre un meilleur résultat. « En un projet, on ne peut pas couvrir tous les besoins mais cela a été une expérience qui a porté fruit et qui nous a encore réconfortés dans notre initiative. Nous avons appris et nous pourrons travailler à une extension de ce projet à d’autres sites tout en renforçant nos interventions dans les sites actuels », a-t-il indiqué.

Au niveau local, le projet a été salué par plus d’un. Boukary Kafando, Secrétaire Général de la province des Balé, représentant le Haut-Commissaire de la province, a salué l’apport du projet au niveau des déplacés. « Ce projet a accordé des faveurs à des personnes déplacées internes en vue de les amener à se relever de la situation de la crise humanitaire qu’ils ont subie dans leur localité.  Nous ne pouvons que saluer l’équipe de l’ABBEF qui a bien voulu mettre en place ce projet pour soutenir nos frères et sœurs qui sont dans les difficultés dues aux attaques terroristes que nous vivons », a-t-il souligné.

Le projet qui a vu le jour en janvier 2019 est mis en œuvre dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre, du Centre-Nord et du Sahel. 

Frédéric KAMBOU

Publié le 19-06-2021 dans burkina24