Labé : Quels sont les problèmes liés au bon fonctionnement du centre de santé de Bowloko

Bowloko

Le centre de santé de Bowloko est un centre urbain qui se trouve dans le quartier Dow Saré à l’est du grand marché central de Labé, à côté du cimetière de Bowloko. Ce centre a une salle pour la Consultation Prénatale CPN, CPC, une pharmacie, un magasin où des médicaments sont stockés, le Programme Elargi de Vaccination PEV, une salle de soins, deux salles de conseil, et un laboratoire.

En 2019, le centre de santé de Bowloko a eu une population totale de 1602 en CPN, population cible 801, la disponibilité 100%, l’accessibilité 100%, L’utilisation 82%, la couverture adéquate et effective à 95%, les enfants reçus en Anti Rétroviraux ARV 1 %.

Dans ce centre de santé, selon l’une des sages-femmes, la disponibilité et l’accessibilité est à 100% et l’utilisation aussi est à 97 % « on n’a pas eu des cas de réticence, c’est pourquoi on à zéro cas de mortalité maternelle et infantile notre population cible est totalement couverte. On fait des stratégies avancées et pour ça nous sortons dix fois, on va dans trois quartiers pour procéder à la sensibilisation pour ne pas que les femmes enceintes manquent leur rendez-vous pour leur prise en charge » explique Mme Diallo Kadiatou Oumou sage-femme au centre de santé de Bowloko.

Selon Thierno Adama Diallo chargée de la consultation prénatale, la Planification familiale et au programme de prévention de la transmission materno-fœtale PTME à Bowloko, l’équipe met un accent particulier aux femmes enceintes qui sont handicapées « les femmes enceintes handicapées nous fréquentent et ce sont des femmes très dévouées. Elles viennent à la CPN pour leur rendez-vous. Les stratégies que nous avons à faire nous informons souvent les chefs de quartiers et les chefs de secteur pour leur tenir informé la date à laquelle nous devons partir pour faire la stratégie, et on a des RECOS aussi qui vont partir vers eux pour les sensibiliser, faire la CPN et la PF pour les mettre en rendez-vous correct » mentionne-t-elle.

L’autre point qu’elle a tenu à signaler, c’est la planification familiale qui est au centre de leur campagne de sensibilisation. Cette partie vise surtout les époux « nous demandons vraiment l’appui du mari, car en acceptant la planification familiale, on éradique la pauvreté, la prostitution, ensuite si on ne fait que faire des enfants, on ne pourra pas scolariser tous ceux-ci et pourtant chacun voit comment est la vie actuelle, elle est chère. Cela peut aussi engendrer la mortalité néo-natale parce que les grossesses rapprochées ne sont pas bonnes pour la femme. Nous demandons tout un chacun d’accepter la planification familiale pour éradiquer la mortalité néo-natale dans notre pays. Dire que si elles se planifient, elles ne feront pas d’enfants non, c’est juste pour qu’elles se reposent un peu » éclaircie-t-elle.

Bowloko

Toutefois quelques difficultés sont enregistrées dans les centres de santé comme le confirme Thierno Adama Diallo « Nous rencontrons des femmes qui nous expliquent leurs problèmes surtout les déplacements, après leur première consultation nous les appelons elles ne nous répondent pas, il y a aussi des femmes qui nous disent qu’elles sont malades et préfèrent rester comme ça sans venir à la consultation. Maintenant, c’est à la recherche de ces femmes-là que nous partons pour leur rattraper. Pour les coins les plus reculés, nous avons des moyens de déplacement » indique-t-elle.

En outre le manque de courant électrique et l’eau sont aussi un frein dans les activités de ce personnel. Autre aspect qu’il faut signaler, le centre de santé de Bowloko n’a jamais eu une salle pour la planification familiale mais l’équipe fait de son mieux pour toucher son public-cible « Nous n’avons pas une salle pour la planification familiale dès fois nous le faisons dans salle de la CPN, ou dans la salle d’accouchement, nous tendons la main vers les bonnes volontés, à la Direction Préfectorale de la Santé, Direction Régionale de la Santé afin qu’elles nous viennent en aide pour obtenir toutes les salles qu’il faut dans un centre de santé » lance-t-elle.

Pour l’année 2020, le centre de santé de Bowloko compte toucher la totalité de son public-cible pour remédier à la mortalité maternelle infantile et néonatale.

Hassatou Lamarana Bah

Publie le 20-02-2020 dans kalenews