Santé: dans une démarche « audacieuse», le président IBK sauve la vie à des milliers d’enfants

Après avoir connu des décennies de taux de mortalité maternelle et infantile parmi les plus élevés au monde, le Mali s’est engagé à fournir des soins de santé gratuits aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans le tout dans une démarche «courageuse et audacieuse» visant à réorganiser son système de soins de santé lamentable.

Suite à une série de réformes annoncées par le Président Ibrahim Boubacar Keïta, des contraceptifs gratuits seront fournis dans tout le pays alors que des dizaines de milliers d’agents de santé communautaires sont introduits dans le but de fournir des soins plus localisés à la population malienne de 18 millions d’habitants. Des experts en soins de santé, des organisations humanitaires internationales et des citoyens maliens ont fait cette annonce qui est reçue comme un «moment extraordinaire» pour un pays qui lutte depuis longtemps pour contenir les maladies infectieuses évitables telles que le paludisme, la pneumonie et la diarrhée, et où un enfant sur 10 meurt avant son cinquième anniversaire.

«C’est un moment incroyable pour le Mali», a déclaré le Dr Ari Johnson, professeur de sciences de la santé mondiale à l’Université de Californie à San Francisco, qui travaille au Mali depuis 10 ans avec l’ONG qu’il a cofondée, Muso. « Le ministère de la Santé a pris une initiative politique très courageuse et audacieuse pour apporter un changement réel et fondé sur des données probantes en matière de soins de santé », indique-t-il.

Taux de mortalité infantile élevé

Le taux de mortalité infantile au Mali est l’un des plus élevés au monde, estimé à 106 décès pour 1 000 naissances, selon les derniers chiffres disponibles. L’année dernière, Johnson a co-rédigé une étude qui a révélé que le taux de mortalité infantile dans un district de Bamako avait chuté de 95% après que les agents de santé communautaire ont commencé à fournir des soins de santé gratuits à domicile.

IBK s’est engagé à augmenter le budget national des soins de santé afin de contribuer au financement des réformes. Selon lui, cela ferait «du Mali un leader en matière de réforme du secteur de la santé sur le continent africain». Les changements seront déployés à l’échelle nationale d’ici 2022 et nécessiteront un financement supplémentaire estimé à 120 millions de dollars (91 millions de livres sterling), et plusieurs partenaires nouveaux et existants adhéreront également aux réformes. Le ministre malien de la Santé, Samba Ousmane Sow, l’ancien médecin qui a dirigé les initiatives, a déclaré que les réformes marquaient un tournant «très excitant et historique» dans l’histoire du Mali. «Ce pays, depuis son indépendance en 1960, avait un système de santé fixe hérité de la colonie française [antérieure] qui avait été mise en place il y a 50 ans et, bien que nous ayons procédé à certaines réformes locales, jusqu’à maintenant rien n’a été changé», a déclaré Sow.

«Nous devions faire cela il y a longtemps. Le Mali fait partie des trois pays ayant le taux de mortalité infantile le plus élevé. Le Mali a également de très faibles indicateurs de santé concernant la malnutrition, une planification familiale médiocre, une santé reproductive et sexuelle médiocre et des soins de santé primaires comme les consultations prénatales et postnatales, les accouchements simples et les vaccinations de routine », a-t-il ajouté.

Des obstacles à surmonter

Un coup d’État, l’occupation d’al-Qaida dans le nord du pays et l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest ces dernières années ont également renforcé la nécessité d’un système de santé plus renforcé, a déclaré Sow.  «Nous essayons de faire du Mali un grand pays à nouveau, d’améliorer notre système de santé et de sauver des vies, et nous espérons que cela nous aidera à atteindre la santé universelle avec un système très puissant et amélioré », a-t-il déclaré.

Publié le 07-03-2019 dans Bénin web TV