Santé de la Reproduction: IPPF réfléchit à une stratégie pour promouvoir le Volontariat

Comment faire pour activer davantage le volontariat au sein de l’International Planned Parenthood Federation (IPPF) ? C’est ce qui justifie la tenue, ce jeudi 17 septembre, de l’atelier autour du thème: « Stratégie de recrutement, de diversification et de maintien des volontaires ». Il a été organisé à Abidjan-Treichville, dans les locaux de l’Association ivoirienne pour le bien-être familial (AIBEF) par l’IPPF en partenariat avec l’AIBEF.

Une rencontre internationale qui a réuni les associations de bien-être familial de cinq pays de la région Afrique dont la Côte d’Ivoire (AIBEF), le Bénin (ABBEF), le Togo (ATBEF), le Cameroun (CAMMAFAW), le Burkina Faso ( ABPF). Et ce, en vue de définir une base de données des volontaires, favoriser leur formation et valoriser enfin ce statut au sein de la fédération.

« Nous avons constaté que la force et la richesse que constitue le volontariat au niveau de l’IPPF, ont tendance à s’essouffler. Pas parce qu’il n’y a pas de volontaires, mais seulement il y en a pas assez et n’est pas assez diversifié », a noté Richard ALLO, directeur exécutif de l’AIBEF. Avant de révéler que dans le cadre de ses activités, l’IPPF s’appuie sur « les associations, le staff et les volontaires ».

En Côte d’Ivoire,  l’on enregistre 467 membres volontaires dont 157 jeunes, a fait savoir le directeur exécutif de l’AIBEF.

3f92749e4a3ec90803cb46d6dd0f91ab_XL

« Nous avons des défis en matière de volontariat dans la région Afrique. Or la notion de volontariat n’est pas bien perçue. Ce qui fait qu’il y a des gens qui arrivent et qui ressortent. Il est donc nécessaire de définir le rôle du volontaire, ses responsabilités et développer une stratégie afin de pérenniser à terme, ce statut », a précisé Edgard CLEDJO, Conseiller gouvernance et accréditation au bureau international de l’IPPF(Federation internationale pour la planification familiale),en Nairobi (Kenya).

« Beaucoup de personnes ignorent les droits sexuels. Quand un jeune parvient à se rendre compte qu’il a des droits et surtout en matière de sexualité, il renforce ses capacités en la matière. C’est que du bonheur, à savoir qu’on peut apporter un plus à un tiers comme nous », a témoigné Mlle Boutué Mamwa KELLY. Elle est la vice-présidente de la sous-région Afrique centrale auprès de l’IPPF et également trésorière nationale du mouvement d’actions volontaires jeunes (MAJ).

Créée le 11 septembre 1979, l’AIBEF « est là pour que la famille soit dans des conditions meilleures », a expliqué M. Allo. Elle dénombre neuf antennes en Côte d’Ivoire et a un budget qui oscille entre 700 millions et 2 milliards FCFA (depuis 2015).

Démarré ce 17 septembre à Abidjan, l’atelier d’orientation des associations membres de l’IPPF de la zone francophone sur les problématiques de la diversification des recrutements et de maintien des volontaires, en tant que ressources fondamentales des associations membres, s’achèvera ce 19 septembre.

Isabelle SOMIAN

Fratmat.info