Santé maternelle et infantile : Atelier bilan final du programme PASME 2

Le Programme d’Amélioration de la Santé des Mères et des Enfants (PASME – Phase 2), mis en œuvre depuis 2016 dans trois régions sanitaires du Burkina, prend fin en 2020. Il a entre autres contribué, à en croire les acteurs chargés de son exécution, à réduire énormément la mortalité chez les mères et les enfants de 0 à 59 mois. Un atelier bilan a été organisé ce vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou afin de partager et valider les résultats de l’évaluation finale dudit programme.

Depuis juin 2016, l’Entraide Universitaire Mondiale du Canada (EUMC), en partenariat avec l’Université Laval, Radios rurales internationales, le ministère burkinabè de la santé, l’Association Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel (SEMUS) et le Conseil burkinabè des organisations de développement communautaire (BURCASO), met en œuvre la phase 2 du Programme d’Amélioration de la Santé des Mères et des Enfants (PASME 2).

Le but du programme est de contribuer à réduire la mortalité chez les mères et les enfants de 0 à 59 mois, en focalisant son intervention sur deux composantes dont l’amélioration de la prestation des services de santé essentiels fournis aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants de moins de cinq ans (SMNE) ; et l’accroissement de l’utilisation des services de SMNE ainsi que l’engagement des hommes et des familles.

Financé par le gouvernement canadien, à travers Affaires mondiales Canada à près de 3,8 milliards de F CFA, ce programme d’une durée de quatre ans (2016-2020), couvre trois régions sanitaires du Burkina à savoir le Centre-Ouest (Districts sanitaires de Koudougou, Réo, Tenado et Sabou), l’Est (Districts sanitaires de Bogandé et Manni) et le Nord (Districts sanitaires de Yako et Gourcy).

Contribution à l’atteinte des objectifs du PNDS 

Dans le cadre des activités de clôture du programme, une évaluation finale a été réalisée de même qu’une capitalisation de l’expérience et une analyse genre finale. L’Entraide Universitaire Mondiale du Canada (EUMC) et ses partenaires de mise en œuvre du PASME 2 ont ainsi organisé un atelier, ce vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou, avec pour objectif de partager les principaux résultats, les bonnes pratiques et les leçons apprises.

Le Secrétaire Général du Ministère de la Santé, Wilfrid Ouédraogo, s’est dit réjoui des résultats enregistrés par le programme. Ces résultats, a-t-il ajouté, viennent renforcer les efforts déjà fournis par l’Etat pendant ces cinq dernières années dans le domaine, notamment la gratuité des soins, la gratuité de la planification familiale, le rapprochement des soins infirmiers, la construction d’infrastructures sanitaires, etc.

Pour lui, « en ayant pour finalité de réduire la mortalité des mères et des enfants, le PASME 2 a contribué à l’atteinte des objectifs du Programme national de développement sanitaire (PNDS) du Burkina Faso ». « Pourquoi pas une phase 3 du PASME qui va faire en sorte que les acquis soient renforcés et les interventions poursuivies ? », a lancé le SG du ministère.

« Je ne saurai passer sous silence le contexte difficile qui a caractérisé la mise en œuvre du programme en raison de la question sécuritaire, les mouvements sociaux dans le secteur de la santé et la pandémie de la COVID-19 », a, pour sa part, indiqué la Directrice pays de l’EUMC, Fatimata Lankoandé. Elle a salué la collaboration des populations des zones d’intervention et l’implication des leaders communautaires.

Selon la Cheffe de la Coopération de l’Ambassade du Canada à Ouagadougou, Nancy Foster, le PASME 2, qui s’achève, entre dans le cadre de l’engagement de son pays à consacrer environ 1.600 milliards de F CFA entre 2015 et 2020 pour améliorer la santé et les droits des femmes et enfants du monde.

« Permettez-moi de vous rassurer que cet engagement du Canada demeure dans sa « nouvelle » Politique d’aide internationale féministe. En effet, à travers son champ d’action 2 – Dignité humaine -, cette politique propose des initiatives de développement et d’aide humanitaire d’urgence qui offrent entre autres des soins de santé y compris les soins de santé sexuelle et reproductive », a-t-elle soutenu.

L’atelier a été marqué par des présentations et des échanges. En marche de cette rencontre-bilan du PASME 2, du matériel de lutte contre le COVID-19 a été remis formations sanitaires par l’EUMC.

Noufou Kindo

Publié le 26-06-2020 dans Burkina24