Santé sexuelle des jeunes: Un projet pilote pour renforcer l’accès des jeunes à la planification familiale

Dans le cadre de l’initiative santé et salubrité en ville, en son volet planification familiale, le district autonome d’Abidjan a entrepris la phase pilote du projet « renforcement de la planification familiale et de la santé sexuelle et reproductive des jeunes ». Sont concernés par ce projet, les élèves de 26 établissements scolaires des communes de Yopougon et d’Attécoubé.

Hier, une cérémonie de lancement officiel de cette phase a eu lieu à l’hôtel du district au Plateau. Il s’agit de mettre les collectivités locales au cœur des initiatives portant sur la santé sexuelle et de favoriser l’accès des jeunes à la planification familiale.

Séa Honoré, vice-gouverneur du district d’Abidjan représentant le gouverneur Beugré Mambé, dira que le phénomène des grossesses en milieu scolaire est une préoccupation avec plus 4000 cas recensés en 2017. C’est pourquoi, il a affirmé qu’il est bon d’aider les filles à poursuivre leurs études sans qu’elles soient freinées par des grossesses non désirées.

Le district se mobilise en vue de contribuer aux efforts nationaux en matière de santé sexuelle des jeunes ; et ce, avec l’appui de l’Association internationale des maires francophones (l’AIMF). « Cette question nous interpelle tous. C’est pourquoi, nous devons conjuguer nos efforts pour endiguer ce fléau. Il est bon qu’en matière de sexualité, nous donnions des informations justes. La planification familiale est à prendre en compte dans l’éducation des enfants. »

Ce projet de renforcement de la planification familiale est une expérience, soulignera Arianna Ardesi, conseillère et représentante du secrétariat permanent de (l’Aimf) pour améliorer les pratiques sur le terrain. Des échanges sur des questions concrètes avec les jeunes sont au menu des actions à mener.

Coulibaly Salif, au nom des communes bénéficiaires du projet, relèvera que la cellule familiale est le premier maillon de l’éducation d’un enfant. Il est bon que tous les efforts soient conjugués afin que ces derniers soient bien conseillés pour mieux se porter et se comporter bien à l’école. Il a fait remarquer que les communes de Yopougon et d’Attécoubé sont engagées pour leur bien-être. « Nous sommes tous pour un meilleur encadrement des enfants », a-t-il ajouté.

Le point sur la situation sera fait au cours d’un comité de pilotage et une visite de terrain au lycée moderne des jeunes filles de YopougonOù l’expérience de cet établissement sera partagée en la matière.

La fondation Bill et Melida Gates et des maires de pays africains étaient présents à cette cérémonie.

C. Dallet

Publié le 28-09-2019 dans fratmat