Santé sexuelle en milieu scolaire à Bembèrèkè: Les élèves sensibilisés contre les grossesses non désirées

La maison des jeunes et loisirs de Bembèrèkè a servi de cadre, vendredi 25 janvier dernier, à une conférence publique organisée par les membres de la Fondation Regard d’Amour sur la santé sexuelle en milieu scolaire. C’était à l’intention des élèves des établissements de la commune. L’objectif est de les sensibiliser contre les grossesses non désirées, les manifestations du harcèlement sexuel et les conséquences qui en résultent.

Les élèves des établissements secondaires de Bembèrèkè ont eu droit, vendredi 25 janvier dernier, à une conférence publique organisée par la Fondation Regard d’Amour sur le thème « Les comportements sexuels et l’avenir des adolescents et jeunes ». Il y avait à leurs côtés des enseignants et des parents d’élèves.

En effet, la santé sexuelle et de reproduction des adolescents est devenue aujourd’hui une question essentielle. Sa non-maîtrise impacte leur évolution sur le plan académique. Elle ne favorise pas leur épanouissement sur les plans scolaire et social. D’où l’initiative de cette conférence publique à Bembèrèkè prise par la Fondation. L’occasion a permis aux élèves présents de s’exprimer librement et sans complaisance sur les problèmes de sexualité. Des réponses ont été données à leurs préoccupations par l’assistante du projet « Education des adolescents et jeunes sur la santé sexuelle et de reproduction en milieu scolaire », Wilisse Marlène Gandaho. Ils se sont également prêtés aux questions de cette dernière.

Le professeur d’anglais Désiré Assogba a exprimé leur joie d’avoir à leurs côtés une fondation active dans la lutte contre les grossesses et le harcèlement en milieu scolaire. Il a émis le vœu de voir les élèves partager les informations avec leurs camarades absents afin que cette lutte puisse, dans les tous prochains mois, aboutir à zéro grossesse au niveau des établissements de la commune de Bembèrèkè.  Quant au directeur de la maison des jeunes et loisirs, Bouya Orou Yorou, il a remercié les responsables de la fondation pour le choix porté sur la commune de Bembèrèkè pour cette séance. Il a, par ailleurs, exhorté les élèves à se consacrer sérieusement à leurs études et à ne pas chercher à poursuivre deux lièvres à la fois. « Ce qui est intéressant en tant que filles et garçons, c’est d’avoir un diplôme, puis un job ou un travail.. », a-t-il insisté, en précisant que chaque chose a son temps. Il a ensuite demandé aux filles de s’abstenir des relations sexuelles afin de pouvoir réaliser les objectifs qu’elles se sont fixés en allant à l’école. Il a rappelé aux garçons le grand rôle qui leur revient et les a invités à s’en tenir à leurs études. Des propos que Wilisse Marlène Gandaho a renchéris. « Pour son avenir, il faut avoir le bon comportement à l’école, à la maison et surtout, prendre toutes les dispositions pour, en tant que jeunes filles, ne pas tomber enceinte », a-t-elle recommandé.

Au cours de la conférence, le coordonnateur du projet, docteur Paul Ayémonna, a rappelé les motifs qui peuvent empêcher les élèves d’évoluer normalement à l’école. Il s’agit, selon lui, des grossesses précoces, du harcèlement sexuel et du manque de ressources chez les parents. Pour finir, il a prodigué des conseils aux élèves afin que leur rêve de finir leurs études soit concrétisé. Des conseils que les apprenants visiblement aguerris par les enseignements reçus, ont promis de mettre en application.

Maurille GNASSOUNOU 

Publié le 29-01-2019 dans la nation Bénin