Santé sexuelle et de la reproduction: L’ABPF réunit autour du dialogue parent-enfant sur la sexualité

L’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (ABPF) a réalisé, le vendredi 6 septembre à la Maison des médias à Cotonou, une émission sur le dialogue parent-enfant sur la sexualité. Intitulée Atchakpodji et organisée sous la forme d’un débat qui sera diffusé sur plusieurs radios, l’émission a réuni plusieurs jeunes filles et jeunes hommes et un panel composé de parents, acteurs de la santé et de l’éducation.

Discutez-vous de sexualité avec vos enfants/parents ? Etes-vous pour ou contre le dialogue parent-enfant sur la sexualité? Que fait l’ABPF pour promouvoir ce dialogue ? Ce sont-là, quelques-unes des questions abordées au cours des échanges entre le public et le panel composé de Bibiane Edwige Dassi, assistante sociale, chef du Centre de promotion sociale (Cps) de Wologuèdè de Cotonou; Virginie Ahodékon, infirmière diplômée d’Etat et responsable de l’ONG Environnement, Vie et Famille (EVF) ; Viviane Dohèmeto, sage-femme à l’ABPF ; Marcelline Sounnoukinny du Mouvement d’action des jeunes du Bénin (MAJ-Bénin) et Samson Ahicheme, professeur d’histoire et géographie.

Des interventions des uns et des autres, il ressort que le dialogue entre les parents et leurs enfants sur la sexualité continue de souffrir de pesanteurs diverses et variées. Certains parents préfèrent ne pas en parler tout simplement, tandis que d’autres font preuve de réserve, voire de gêne. « Je vous avoue que ça a été difficile mais c’est récemment que j’ai commencé à échanger avec mes enfants sur la sexualité », a confié une panéliste, tandis qu’une autre a expliqué comment elle a été amenée à le faire, contrainte par les questions de sa fille de 7 ans sur la grossesse et l’accouchement. A en croire certains jeunes, la réserve de leurs parents n’est pas de nature à les encourager à se porter vers eux avec des préoccupations liées à la sexualité. Tous les panélistes ont relevé le caractère primordial de ce dialogue pour mettre à la disposition des enfants des informations de qualité et leur éviter de tomber dans certains pièges comme les infections sexuellement transmissibles, les grossesses précoces, les avortements, la déscolarisation, etc.

Flore S. NOBIME

Publié le 11-09-2019 dans l’évènement précis