Santé sexuelle et reproductive: Des jeunes filles de Treichville sensibilisées à la contraception

Dans le but de sensibiliser les jeunes filles à éviter les maladies liées au sexe et de contracter des grossesses non désirées, et aussi d’aider celles qui n’ont pas de moyens à poser des implants contraceptifs, l’ONG Population Service International (PSI) était à l’espace du rond-point de Treichville, à la rue 12, ce samedi 26 janvier.

Cette sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la 2e étape d’exécution de ses activités relevant de la santé reproductive, planification familiale à travers le projet Transform/Phare dénommé « Didier ».

A cet effet, 102 jeunes filles dont l’âge oscille entre 15 et 24 ans, du secteur informel de la commune de Treichville, ont été sensibilisées à la méthode contraceptive.

« Nous avons reçu plus d’une centaine de jeunes filles et continuons à les recevoir pour leur donner des conseils sur la santé sexuelle et poser des implants contraceptifs à certaines pour éviter des grossesses non désirées », a expliqué Gnolou Alice, sage-femme au Psi.

Pour Zago Hervé, coordonnateur du projet, l’étape de Treichville est une bonne expérience. « A Treichville, nous avons une bonne motivation des jeunes gens. Filles comme garçons ont répondu massivement à l’invitation et ont participé avec engouement aux activités », a-t-il expliqué.

« Le premier élément fondamental que nous voulons faire comprendre à tous ces jeunes surtout aux jeunes filles, c’est un changement de comportement, une prise de conscience. Nous les informons sur les méthodes de contraception, les méthodes saines qu’elles doivent adopter vis-à-vis de leurs conjoints et dans la vie. Nous essayons également de voir dans quelle mesure nous pourrions gérer l’insertion sociale de certains d’entre eux », a dit M. Zago. Et d’ajouter qu’après Treichville, il sera organisé des causeries éducatives à travers des communications interpersonnelles dans les communes visitées entre les clubs « Didier » installés (200 jeunes à Abobo et 200 jeunes à Treichville) et des causeries avec les grandes personnes.

Jean Bavane Kouika

Publié le 26-01-2019 dans fratmat