Santé Sexuelle et Reproductive: mieux comprendre pour mieux agir

Pour mieux répondre aux préoccupations liées à la Santé Sexuelle et Reproductive (SSR), l’association SOS jeunesse et défis en collaboration avec la communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina Faso organise un atelier de formation. Il se tient du 28 au 29 mars 2019 à Ouagadougou.

La formation vise à faire tomber les préjugés des acteurs sur la santé de la reproduction et aussi sur la planification familiale.

Cet atelier va permettre aux participants qui sont les responsables des districts sanitaires, de l’action social, des huissiers de police judiciaire et aussi les associations des journalistes et communicateurs d’établir une distinction entre les mythes, les hypothèses et les réalités concernant la santé sexuelle et reproductive.

Pour le directeur exécutif de SOS jeunesse et défis, Harouna Ouédraogo, cette session va aussi « permettre aux participants d’avoir des connaissances nécessaires sur certaines conditions d’avortements qui sont liées à l’exception du principe (comme en cas de viol et d’incestes)».

Au cours de la session de formation, il sera aussi question de faire l’état des lieux de la santé de la reproduction et de la planification familiale au Burkina Faso. Les questions de droit, de la politique et de l’instrument juridique liées à la santé sexuelle et reproductive seront également abordées.

Ce sera aussi un cadre d’échange afin que les participants puissent avoir des techniques d’expression  sur le sujet de l’avortement et permettre à chaque corps professionnel de travailler pour alléger les procédures telles que prévu dans les textes pour que les conditions autorisées puissent être accessibles aux personnes.

Suite à l’initiative de l’Etat de relire le code pénal, un grand nombre d’organisations de la société civile qui travaillait déjà pour la promotion de la santé, la reproduction au Burkina Faso s’est réunie pour revoir l’article concernant l’avortement dans le code social. Il s’agit de la Communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive (CAPSSR/BF) née en 2015. Cette organisation œuvre pour que les lois sur la santé de la reproduction et sur l’avortement soient effectives.

Les participants seront formés à la fin de l’atelier, sur le comportement à adopter face à de telles situations dans le cadre de leur profession. Les participants seront munis de tous les outils moraux pour faire face avec une certaine tolérance aux préoccupations sur la SSR vis-à-vis de la femme et de l’enfant.

Des lois seront aussi proposées en vue d’adoption pour la défense du droit à la SSR.

SOS jeunesse et défis est une association créé en 2001. Le but de l’association est de contribuer à l’épanouissement de la jeunesse et à l’atteinte des objectifs du développement durable à travers la promotion de la santé des jeunes. Elle est présente dans cinq régions du Burkina Faso qui le Centre, l’Est, le Centre-Nord et le Centre-Est.

Nafisiatou Vebama

Publié le 28-03-2019 dans Infowakat