La Société Civile Ouest Africaine Réunie à Bamako pour le Repositionnement de la PF.

Bamako, 17 avr (APS) – L’Afrique de l’Ouest demeure la région du monde où les taux de mortalité maternelle sont les plus élevés, et où les taux de prévalence contraceptive sont les plus faibles, a relevé jeudi le directeur pays d’IntraHealth du Mali, Docteur Cheick Touré.

‘’C’est également la région où les niveaux de financements mobilisés pour la planification familiale restent encore assez faibles”, a-t-il confié, à l’ouverture de l’atelier inter-pays de partage d’expériences sur l’engagement de la société civile dans le repositionnement de la planification familiale en Afrique de l’Ouest.

Cette rencontre de deux jours est à l’initiative de la Coalition des organisations de la société civile en faveur de la planification familiale (CS4FP), qui regroupe les organismes et organisations publics en charge de la planification familiale dans les pays du projet au Bénin, au Mali et au Sénégal.

D’après le Docteur Touré, cette rencontre vise principalement à développer des réflexions communes sur la vision et la feuille de route devant servir de cadre d’orientation et d’action des interventions des coalitions de la société civile dans le cadre du repositionnement de la planification familiale en Afrique de l’Ouest francophone.

Selon lui, le défi est énorme pour l’atteinte des objectifs fixés dans les plans nationaux de planification familiale des trois pays en question, parce qu’il s’agit, pour la plupart d’entre eux, d’assurer une augmentation annuelle moyenne d’au moins trois points de prévalence contraceptive.

Selon le directeur d’IntraHealth international, l’ampleur des efforts à fournir se trouve dans cette tâche relevée plus haut, si l’on sait que la moyenne de progression dans nos pays est jusque-là inférieure à 1% par année dans ces deux dernières décennies.

Le Docteur Cheick Touré indique que cette rencontre de Bamako revêt une importance particulière pour les pays de notre sous-région dans la mesure où Ouagadougou a été le point de départ d’un nouveau mouvement pour la PF en Afrique de l’Ouest.

“Si la rencontre de Saly au Sénégal a été le point d’ancrage et d’engagement de la société civile dans ce mouvement, je pense que Bamako devrait être le compte à rebours en vue de l’accélération des progrès pour augmenter la prévalence contraceptive et, au-delà, réduire de façon significative la mortalité maternelle.”

C’est pourquoi il estime que cet atelier inter-pays permettra de réfléchir sur la situation de la PF, en décortiquant objectivement les niveaux de réalisation, les contraintes et goulots, ainsi que les meilleures pratiques et innovations notées dans la mise en œuvre des plans nationaux PF.

Plusieurs organisations de la société civile et internationales, comme l’USAID, l’UNFPA, IntraHealth, Hewlett, SECONAF, PSI, MSI, One World, le Partenariat de Ouagadougou etc.) et autres structures membres de la coalition des OSC/PF du Bénin, du Sénégal et du Mali prennent part à cet atelier.

LTF/ASG

groupe