Stratégie émergente du PO après 2020: atteindre 13 millions d’utilisatrices de contraception moderne

Malgré l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur les progrès réalisés en matière de planification familiale, le Partenariat de Ouagadougou (PO) reste optimiste et entend doubler d’ici 2030, le nombre d’utilisatrices de contraception moderne. L’objectif, à travers la stratégie émergente du PO après 2020, est d’atteindre 13 millions d’utilisatrices…

La stratégie émergente du Partenariat de Ouagadougou après 2020 est officiellement lancée. Si de 2011 à 2020, le PO a doublé le nombre de femmes utilisatrices de méthodes modernes de contraception dans la sous-région en ajoutant 3,8 millions d’utilisatrices additionnelles, de grands progrès sont annoncés à l’horizon 2030. Et ce grâce à la nouvelle stratégie émergente conçue par  l’Unité de Coordination du Partenariat qui a renforcé la coordination entre les bailleurs pour optimiser le soutien aux pays, amélioré les échanges entre et au sein des pays membres, organisé les partenaires opérationnels et la société civile pour accélérer la réalisation des projets, établi la responsabilité mutuelle des gouvernements, bailleurs et autres partenaires pour l’atteinte des résultats.

“Dans le processus de création d’une vision partagée pour 2030, qui s’appuie sur les réalisations à ce jour, les défis persistants dans la région et les domaines d’intervention inexplorés, le Partenariat a lancé l’initiative «PO Après 2020 ». Les commentaires recueillis auprès de la communauté du PO lors de la première phase de l’initiative suggèrent une vision, un objectif, des principes opérationnels et domaines d’intervention pour le Partenariat jusqu’en 2030”, renseigne l’Unité de coordination. Il est donc question de doubler le nombre d’utilisatrices de contraception moderne pour atteindre 13 millions d’ici 2030.

A cet effet, maintenir la tendance historique du PO serait un exploit exceptionnel. Alors que les taux de progression ont ralenti depuis que le PO a atteint des segments « plus faciles » d’utilisatrices, le PO reste convaincu que les pays membres peuvent réaliser d’exploits en faisant preuve de dynamisme et en renforçant les investissements. Toute chose susceptible de garantir un avenir plus sain et plus prospère pour une Afrique de l’Ouest francophone où un accès facile à la planification familiale de qualité sauve et améliore la vie des femmes et des jeunes et sert de catalyseur pour un développement durable pour tous.

Principes et normes sociales

La nouvelle vision adhère à des principes opérationnels tels que le suivi d’objectifs ambitieux pour que la planification familiale soit une priorité des programmes nationaux et internationaux; l’utilisation des données pour concentrer ses efforts sur les meilleures pistes de progrès. “Le PO donne une voix puissante aux jeunes dans la définition de son agenda et de ses priorités. Le PO croit que nous sommes plus forts en tant que région et que l’action régionale permet de plus grands progrès. Le PO reconnaît que chaque pays est unique et un membre important”, informe l’Unité de coordination.

Quant aux défis régionaux à relever, il s’agit entre autres de répondre aux besoins de la plus grande génération de jeunes; d’améliorer la qualité des services PF offerts tout en assurant une couverture suffisante; réduire l’inégalité entre les sexes pour faciliter  l’accès à la PF et accroitre le pouvoir décisionnel des femmes; améliorer les politiques et les programmes pour réaliser le dividende démographique. Par ailleurs, le PO a l’intention d’élargir sa façon de soutenir ses partenaires pour faire face aux changements de circonstances observés dans la région.

“En plus des domaines dans lesquels nous intervenons déjà, nous mettrons un accent particulier sur des populations, des sujets et des approches spécifiques”, précise l’Unité de coordination. Et de préciser davantage “le PO s’assurera de la disponibilité de meilleures ressources pour les jeunes en levant les obstacles à la participation et au leadership des jeunes dans les initiatives DSSR, en appuyant la recherche en AOF afin de combler le manque de données probantes sur la PF chez les jeunes, et en rendant les études et ressources existantes utiles au public.

L’UCPO poursuivra sa stratégie «jeunes» à travers le renforcement de la participation des jeunes aux événements du PO, et la promotion des politiques de SRAJ. L’UCPO recrutera des jeunes au sein de son équipe, élaborera une vision conjointe avec d’autres mouvements, et consultera les bailleurs sur les questions relatives aux jeunes. Le PO collaborera avec d’autres partenaires et coordonnera le plaidoyer politique pour l’adoption de dispositions législatives essentielles en faveur des jeunes telles que le maintien des jeunes filles à l’école, la politique d’auto prise en charge des jeunes ou la lutte contre le mariage des enfants”.

Le Partenariat de Ouagadougou entend aussi appuyer  les efforts des pays pour changer les normes sociales. “Il travaillera étroitement avec les chefs religieux, les jeunes et autres leaders sociaux pour soutenir les ministres dans leur processus de révision des normes sociales; servir d’accélérateurs pour le Changement Social et de Comportement (CSC)” lit-on.

Des priorités à partager

“Le PO mettra aussi l’accent sur les autres priorités partagées par les pays dans la région. Le partenariat créera un cadre formel afin de permettre aux participants d’identifier les sujets de discussion en prélude à la réunion annuelle du PO et planifiera les sessions en conséquence; aidera à répondre aux besoins en PF dans des contextes politiques peu favorables et situations de crise en incluant les experts humanitaires dans l’élaboration des PANBs et en établissant de nouveaux partenariats avec les organisations humanitaires et en renforçant ceux qui existent déjà; combler les importantes lacunes dans les connaissances et la recherche en PF sur le CSC et les attitudes des jeunes en AOF.

Le PO lancera dans cet optique, un fonds de recherche pour les pays, les ONG et Organisations de la Société Civile (OSC);  créera des opportunités et renforcera les capacités régionales pour la recherche en PF suivant le modèle établi par le gouvernement français et l’USAID”, précise le communiqué de l’UCPO. Par ailleurs, il est prévu un accompagnement sur mesure pour chaque pays. Le PO adaptera donc son soutien au contexte de chaque pays et prévoit apporter de nouveaux outils et du soutien aux pays ayant les plus grands besoins; aider à intégrer les services de PF dans les programmes de santé nationaux; apporter si nécessaire, un appui technique aux pays à l’échelle nationale; mettre l’accent sur les meilleures opportunités dans chaque pays sous forme de « PANBs synthèses » faciles à assimiler; améliorer la collaboration avec les OSC pour l’atteinte des résultats visés.

Aziz BADAROU
Publié le 11-06-2020 dans Matin Libre