Un hommage rendu à la sage-femme

Il n’est d’évènement plus heureux en ce monde que les cris d’un bébé qui vient de naître et l’annonce que la mère et l’enfant se portent bien ! Permettez-moi, aujourd’hui, de rendre un vibrant hommage à la sage-femme ; celle qui se dévoue nuit et jour pour que ce miracle de la vie se perpétue dans le bonheur ; qui accompagne les femmes enceintes, les nouveau-nés, les mères de famille au cours de la phase la plus cruciale de leur vie ». Ces mots sont de la représentante de l’UNFPA au Sénégal, Cécile Compaoré Zoungrana, qui s’exprimait ce lundi, lors de la conférence de presse à l’occasion de la journée internationale de la sage-femme célébrée chaque 5 mai à la Direction de la Santé, de la Mère et de l’Enfant (DSME), Sicap Keur Gorgui.

Il faut rappeler que ces accoucheuses n’ont pas souvent bonne presse dans ce pays. Surtout du côté des patientes qui fustigent l’accueil, le manque de respect ou de considération dont elles souvent victimes au cours des consultations ou dans les salles d’accouchement. La présidente de l’Association nationale des sages-femmes d’Etat du Sénégal (ANSFE), elle, s’est inscrite en faux. Mieux, Bigué Ba Mbodji a défendu ses paires et de la plus belle des manières.

Par ailleurs, l’Association nationale des Sages-femmes d’Etat du Sénégal (ANSFE), maîtresse d’œuvre de cette journée, a choisi de reporter la célébration au 5 et 6 juillet 2019, en raison du ramadan. Le thème propose? cette année par la Confédération internationale des sages-femmes (ICN) est « les sages-femmes : défenseur des droits des femmes ». Selon cette structure, cette journée est un prétexte pour faire le plaidoyer en faveur de la pratique de sages- femmes. C’est aussi une occasion de mettre en exergue l’importance du rôle des sages-femmes pour la sante? des mères, des enfants et de leurs familles.

Abdoul Bocoum

Publié le 07-05-2019 dans laviesenegalaise