Utilisation des méthodes de contraceptions : le Mouvement d’Actions des Jeunes juge insuffisant les solutions pour y remédier

Le Mouvement d’Actions des Jeunes (MAJ-AIBEF) Cote- d’Ivoire en collaboration avec les Jeunes Ambassadeurs pour la Santé de la Reproduction et la Planification Familiale (SR/ PF-CI) a organisé le samedi 03 juillet 2021 un meet up au siège de l’AIBEF à Treichville. Cette rencontre avait pour thème : « Jeunes, contraception et prise de conscience pour une vie sexuelle épanouie en période de COVID 19. »

Ce panel de discussion a enseigné à son public composé de jeunes apprenants, journalistes bloggeurs, présidents d’ONG et spécialistes sur les difficultés d’accès des jeunes aux méthodes de contraception en période de COVID 19, les risques qui y sont liés et certaines solutions. Il a été animé par Kouamé Akissi Viviane, Présidente des Jeunes Ambassadeurs SR/PF, Dr Touré Oumar, Conseiller Technique Senior SR/PF, Gynécologue et Awa Diallo Yao, Présidente de l’Association des Sages-Femmes Ivoiriennes. 

Selon Kouamé Akissi Viviane, le fort taux de grossesse en milieu scolaire et d’avortements clandestins sont liés à l’inaccessibilité aux centres de santé dans certaines régions, la méconnaissance de la gratuité aux méthodes de contraceptions. 

En vue de remédier à ce manque de connaissances, « un plaidoyer en vue de rendre la communication sur les méthodes de contraceptions familials ou la mortalité néo natal gratuites sur les chaines de radio et télévisions a été lancé » a affirmé Dr Oumar Touré. Aussi, une méthode d’auto-injection appelée Sayana Press a été développé en vue de permettre à tous d’avoir accès à des moyens de contraceptions sans avoir à se déplacer surtout en cette période de Covid19. Il a terminé ces propos en invitant ces pairs à savoir accueillir les jeunes qui viennent vers eux « Il faut que tous les employés des centres de santé puissent avoir les compétences requises pour accueillir les jeunes » a-t-il déclaré. 

Mme Awa Diallo Yao, quant à elle a incité la jeunesse à se rapprocher du personnel médical spécialement les sages-femmes afin de recevoir des conseils et éviter plusieurs maux. Elle leur a également recommandé de voir un médecin avant l’utilisation de toutes méthodes contraceptives.  

Ce panel qui avait pour but d’éclairer le maximum de jeunes sur les méthodes contraceptives a selon Julienne Gbato, Vice-Présidente de MAJ-AIBEF, largement atteint son objectif. Elle a également demandé à tous d’être des relais de ces informations dans notre communauté et incité la jeunesse à se lancer à la recherche des informations en vue garantir leur santé sexuelle.

Rappelons la participation  de représentants de certaines localités de la Cote d’Ivoire en visioconférence.

Grace Aude Kouakou

Publié le 05-07-2021 dans linfodrome